Une leçon d’hypothèses : Rapport sur les résultats de la déchéance du choc

Par Steve Schumacher, FSA, MAAA

Lorsque RGA a effectué sa première étude sur la déchéance et la mortalité après le nivellement de la prime pour le compte de la SOA en 2009, un large éventail d’hypothèses était utilisé par les actuaires, mais il y avait peu d’hypothèses sur les durées à échéance provenant de l’ensemble de l’industrie pour en faire la comparaison. Cette première étude a analysé des hypothèses et des expériences du choc du taux de déchéance et de détérioration de la mortalité pour fournir de nouvelles données et hypothèses pour ces secteurs critiques.

Cinq ans plus tard, RGA a mené une étude de suivi au nom de la SOA pour actualiser les résultats avec les nouvelles données provenant des énormes pics de ventes d’assurance temporaire à primes nivelées en 1999. Cette hausse découlait de la nouvelle réglementation en matière de provisionnement qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2000 aux États‑Unis. Lorsque s’est présentée la possibilité d’une étude semblable sur les polices à primes nivelées au Canada dans le cadre d’un projet conjoint entre la SOA et l’ICA, RGA a sauté sur l’occasion.

L’objectif consistait à produire un rapport semblable à ceux élaborés au sujet des polices aux États‑Unis. On y a ajouté les nouvelles idées proposées et on a examiné lequel du ratio de la hausse de la prime ou du montant de la hausse de la prime permettait de mieux prévoir le taux de déchéance.

La phase 1 de l’étude a été exécutée l’an dernier et elle a débuté par une demande de participation à un sondage adressée aux sociétés au sujet de leurs hypothèses de déchéance et de mortalité, et sur les bonds de prime. Les réponses ont été compilées dans un rapport, ce qui a permis aux sociétés de comparer leurs hypothèses et celles des autres participants. Consultez la version intégrale du rapport pour y trouver davantage d’hypothèses.

La phase 2 renfermait un résumé de l’étude sur la déchéance et la mortalité réelles qui a été diffusé le 2 décembre 2020. Les résultats publiés ont révélé dans quelle mesure la hausse de la prime influe sur les taux de déchéance et ces derniers touchent la détérioration de la mortalité. Le rapport présente également une comparaison des résultats réels et des hypothèses antérieures.

L’équipe de chercheurs a consacré beaucoup de temps à l’examen de l’asymétrie des déchéances, en d’autres mots, à déterminer les durées (en mois) durant lesquelles ces hausses surviennent. Si l’on s’attarde aux produits d’assurance à échéance de dix ans, on constate qu’une grande partie des déchéances à la durée 11 se sont produites au cours des trois premiers mois de la 11e année. Si l’on isolait les taux de déchéance pour les durées 10 et 11, on pourrait en conclure qu’un nombre assez élevé de polices versent la prime intégrale de l’année 11, puis il y a déchéance à la fin de l’année. Il en ressort toutefois que la très grande majorité de ces polices ne versent qu’un ou deux mois de primes avant la déchéance. Ce résultat pourrait carrément porter atteinte à la rentabilité si les sociétés supposent que la prime intégrale de la 11e année est versée.

Le rapport renferme également un tableau croisé dynamique des résultats comportant de nombreux agrégateurs de données pour consulter les résultats, de même que les résultats des modèles linéaires généralisés qui peuvent être utilisés pour faciliter le calcul des hypothèses de déchéance. Consultez la version intégrale du rapport pour y trouver davantage d’hypothèses.

L’un des auteurs du rapport, Travis Agne, affirmait « Nous sommes très heureux des résultats de ce rapport. Il devrait aider les actuaires en évaluation et en tarification à faire leurs prévisions avec une confiance accrue. »

Les auteurs tiennent également à remercier les employés et les bénévoles de la SOA et de l’ICA qui ont contribué à ce projet. Ce fut une expérience enrichissante et nous espérons que l’industrie tirera des renseignements importants de ce projet.

Ajouter un commentaire

Suivez nous

Sections