Répercussions de la COVID-19 sur les demandes de prestations d’assurance-vie

En 2020, bon nombre de pays ont enregistré des décès supplémentaires en raison de la COVID-19, mais ces décès dans la population en général se traduisent-ils par une augmentation des demandes de prestations d’assurance-vie?

L’ICA a invité des représentants de sociétés d’assurance-vie à participer aux travaux d’un groupe de l’industrie pour discuter des répercussions de la COVID-19 et examiner la collecte et l’analyse de données afin de déterminer si le niveau global des demandes de prestations d’assurance-vie en 2020 diffère de celui des années précédentes et si la pandémie est une cause importante de décès dans les demandes de prestations au Canada. Ces données et cette analyse permettent de répondre à des questions importantes en ce qui concerne l’impact de la COVID-19 sur les demandes de prestations d’assurance et sont utiles aux actuaires des domaines de l’assurance-vie collective et individuelle.

« Bien que la pandémie se soit déclarée il y a près d’un an, de nombreuses incertitudes subsistent tout de même et les données pourraient être limitées. Les données agrégées recueillies auprès de l’industrie permettent aux actuaires de disposer de données supplémentaires pour travailler et d’avoir un portrait plus complet de l’impact de la COVID-19 », indique Salina Young, VPA, recherche stratégique en matière de mortalité et de longévité à la Sun Life.

Augmentation des demandes de prestations d’assurance

Les constatations issues de l’Analyse mensuelle des données agrégées de l’industrie canadienne de l’assurance ont révélé, entre les mois d’avril et mai 2020, une augmentation des demandes de prestations d’assurance-vie individuelle comparativement à la même période l’année précédente. Il s’agit du premier rapport au Canada s’appuyant sur des données et sur une analyse afin de permettre de mieux comprendre les répercussions de la pandémie sur les demandes de prestations d’assurance-vie individuelle et collective.

Salina explique que « le rapport présente une analyse des tendances quant à l’augmentation des décès dans l’ensemble en 2020 par rapport à 2019. Ces renseignements sont pertinents pour les actuaires, en particulier pour comprendre si l’on a enregistré un nombre significatif de demandes de prestations d’assurance découlant de décès n’étant pas directement liés à la COVID-19 (c.-à-d. des traitements médicaux retardés). »

Le rapport fait aussi le point sur les données agrégées recueillies auprès des sociétés d’assurance canadiennes et présente d’autres données colligées jusqu’à la fin septembre. Cette deuxième partie indique de manière plus éloquente les répercussions de la COVID-19 pendant la première vague et présente une analyse préliminaire de la variation des effets de la pandémie pendant l’été.

« Le rapport de l’ICA et de l’industrie canadienne de l’assurance-vie sur les demandes de prestations liées à la COVID-19 s’avère utile pour les actuaires et suscite un grand intérêt au sein de la population en général », affirme Keith Walter, FICA, auteur du rapport. « Il est le fruit d’une collaboration importante et efficace avec l’industrie de l’assurance-vie pendant une année difficile. »

Salina précise que « les données agrégées offrent un aperçu de la mesure dans laquelle la COVID-19 est une cause de décès considérable. Cette indication pourrait être importante pour les actuaires au moment de déterminer la validité des hypothèses d’évaluation. Plus précisément, l’enquête donne un aperçu des répercussions de la pandémie sur la population assurée. Ces renseignements pourraient être utiles aux actuaires aux fins du suivi des sinistres, des hypothèses d’évaluation et de la simulation de crise. »

« Les données agrégées offrent un aperçu de la mesure dans laquelle la COVID-19 est une cause de décès considérable. Cette indication pourrait être importante pour les actuaires au moment de déterminer la validité des hypothèses d’évaluation. Plus précisément, l’enquête donne un aperçu des répercussions de la pandémie sur la population assurée. Ces renseignements pourraient être utiles aux actuaires aux fins du suivi des sinistres, des hypothèses d’évaluation et de la simulation de crise. »

Salina Young, FICA

Un sommet atteint en avril

On a enregistré au total 1 940 demandes de prestations d’assurance-vie individuelle dont la cause de décès indiquée est la COVID-19.

Les chiffres ont atteint un sommet en avril (voir diagramme ci-dessous issu du rapport), mois pendant lequel on a enregistré près de la moitié des demandes de prestations (883 cas, soit 46 %). Le nombre de demandes de prestations d’assurance-vie liées à la COVID-19 est toutefois demeuré significatif en mai et en juin (709 et 189, respectivement). Pendant la première moitié de l’année 2020, on a enregistré un nombre inférieur de demandes de prestations d’assurance-vie collective qu’en 2019; on avait enregistré peu de demandes de prestations associées à la COVID-19 en 2020 (539 cas).

Le total mensuel des demandes de prestations d’assurance collective en janvier 2020 a été légèrement supérieur à celui de janvier 2019, mais il a été plus faible à chacun des mois compris entre février et juin 2020 comparativement aux mêmes mois en 2019.

Au pic des répercussions de la COVID-19 en avril, les demandes de prestation liées à la COVID en assurance individuelle représentaient 12,9 % de l’ensemble des demandes; en mai, elles représentaient 10,8 %. En assurance collective, le pourcentage des demandes de prestations liées à la COVID-19 par rapport l’ensemble des demandes de prestations a atteint un sommet de 6,2 % en avril.

Salina explique qu’« il est généralement reconnu que les assurés sont en meilleure santé que la population en général compte tenu des critères de souscription et de l’âge moins avancé des assurés dans le cas des assurances collectives. Le rapport de l’industrie présente une indication générale du taux de mortalité, laquelle pourrait permettre aux actuaires de mieux comprendre l’écart entre les répercussions chez les assurés et dans la population en général. Cette information pourrait servir aux actuaires, par exemple, pour ajuster l’expérience des assurés dans le cadre de projections associées à un scénario de pandémie à des fins de simulation de crise. »

À mesure que la pandémie poursuit sa progression, notre compréhension collective du virus et de ses répercussions progresse. Les projets et les données de recherche tels que l’Analyse mensuelle des données agrégées de l’industrie canadienne de l’assurance permettent aux actuaires de disposer des connaissances nécessaires pour comprendre et gérer les répercussions de la pandémie sur les affaires, tout en assumant leurs fonctions en gestion des risques et en maintenant la stabilité financière de l’industrie.

Lisez le rapport complet pour connaître les faits saillants des données agrégées de 13 compagnies d’assurance du Canada de janvier à juin 2020.

Ce deuxième rapport s’appuie sur des données supplémentaires recueillies jusqu’à la fin de septembre 2020.

Ajouter un commentaire

Suivez nous

Sections