Le Canada est plus touché que le Royaume-Uni et les États-Unis par l’impact démographique des régimes de retraite

Le consensus autour de l’impact potentiel du vieillissement de la population sur la valeur des actifs varie de faible à extrême.

Vieillissement de la population, répercussions sur la valeur des actifs et incidence sur les régimes de retraite : une étude internationale examine les répercussions du vieillissement de la population sur la valeur des actifs et le risque des régimes de retraite dans un cadre de capital économique au cours de la période du passif des participants actuels – domaines dans lesquels les professionnels des régimes de retraite et les actuaires pourraient tirer parti d’une perspective et d’une analyse élargies.

Malgré le peu de consensus, l’effet du vieillissement de la population sur le rendement des placements demeure un sujet chaud dans la littérature universitaire. Jusqu’à présent, les conclusions de l’étude vont de l’impact catastrophique décrit comme « l’effondrement des actifs » jusqu’à un rejet total de l’hypothèse de fusion des actifs, en passant par un effet modéré sur les marchés, mais sans effondrement. Le présent document vise à déterminer la sensibilité du rendement des actifs aux facteurs démographiques, tout en illustrant l’incidence de la variation des facteurs démographiques sur le provisionnement des régimes de retraite au Canada, au Royaume Uni et aux États Unis.

Le document de recherche fait également état d’autres cas où des résultats antérieurs sont présentés. De plus, il montre que les données démographiques ont une influence directe sur le rendement des actifs et les taux d’inflation générés. L’effet de l’inclusion des données démographiques est illustré pour les régimes de retraite généralisés au Canada, au Royaume Uni et aux États Unis pour la durée de vie des participants actuels.

« En fin de compte, les finances des régimes de retraite canadiens sont plus exposées à l’effet démographique sur le rendement des placements que les régimes au Royaume Uni ou aux États Unis. De plus, ils peuvent être touchés par le double choc de toute exposition au risque de longévité propre au régime. »

Stephen Bonnar, FICA

De même, la variation de la trajectoire future du ratio démographique exerce un effet important sur le provisionnement des régimes de retraite canadiens, mais pas sur celui des régimes du Royaume Uni et des États Unis. Nous modélisons un portefeuille d’actions et d’obligations propres à chaque pays pour chacun des régimes de retraite de ces pays. L’exposition au risque des régimes de retraite canadien présentant diverses trajectoires démographiques futures pourrait être atténuée grâce à un portefeuille qui comprend des actifs non canadiens.

Les professionnels et les actuaires des régimes de retraite ne tiennent habituellement pas compte de l’incidence du vieillissement de la population sur la valeur des actifs ni du risque pour les régimes de retraite dans un cadre de capital économique au cours de la période du passif actuel des participants. Ce projet de recherche a montré que ces deux considérations sont pertinentes pour le provisionnement des régimes de retraite et la gestion des risques. La profession pourrait bénéficier d’un élargissement de la perspective et de l’analyse dans les domaines identifiés.

Les régimes de retraite canadiens sont les plus touchés

Il est intéressant de constater que les régimes de retraite canadiens ont la plus grande incidence sur les taux de rendement associés aux actions et aux obligations. Le Canada est plus touché que les États Unis et le Royaume Uni en raison de l’impact de la génération du baby boom. Cela s’explique probablement par le fait que le Canada a connu une réduction plus importante des taux de fécondité depuis la Deuxième Guerre mondiale que le Royaume Uni ou les États Unis. En outre, la mortalité de la population canadienne s’est davantage améliorée qu’aux États Unis.

« En fin de compte, les finances des régimes de retraite canadiens sont plus exposées à l’effet démographique sur le rendement des placements que les régimes au Royaume Uni ou aux États Unis », selon l’un des auteurs du document, Stephen Bonnar, FICA. « De plus, ils peuvent être touchés par le double choc de toute exposition au risque de longévité propre au régime. »

Les constatations de ce document de recherche, et celles des précédents, devraient intéresser les praticiens en régimes de retraite et les gestionnaires d’actifs de placement. Lisez le document complet pour tous les détails.

Ajouter un commentaire

Suivez nous

Sections