fbpx

Réflexions sur l’AGA, le rapport annuel et mon année à la présidence de l’ICA

Cet article a été publié initialement dans l'(e)Bulletin de l’ICA.

Par Marc Tardif
Président de l’ICA

Dans ce billet de juin, j’ai le plaisir de vous partager, pour une dernière fois à titre de président, des nouvelles fraîches de l’Institut. Nous venons de tenir l’Assemblée générale annuelle (AGA) et la réunion du Conseil d’administration. Notre rapport annuel vient aussi d’être diffusé en ligne. Je vous partage donc quelques faits et réflexions entourant ces événements. Comme je passe le flambeau à Michel St-Germain le 1er juillet, j’en profite pour faire un retour sur mon expérience de la dernière année.

Le Conseil d’administration a tenu une rencontre virtuelle le 16 juin. Nous avons accueilli Jacqueline Friedland, notre nouvelle présidente désignée, et les quatre nouveaux administrateurs élus aux élections de 2020 : Bruno Gagnon, Fanny Guertin, Lyne Francoeur et Joe Nunes. Je remercie tous les candidats qui se sont présentés aux élections. Je remercie aussi les administrateurs qui viennent de compléter leur mandat et notre président sortant John Dark pour son excellent travail au cours des trois dernières années.

Notre AGA a eu lieu au lendemain de cette réunion, soit le 17 juin. Outre les états financiers annuels et les rapports d’activités des six directions, nous avons discuté des élections 2020 dont le taux de participation s’est établi à 27,3 %. En comparaison avec l’an dernier, la participation des membres est un peu moins élevée et nous sommes d’avis que le contexte de la COVID-19 y est peut-être pour quelque chose.

Jacqueline Friedland, nouvelle présidente désignée, a prononcé une première allocution aux membres durant l’AGA. Son message prenait racine dans le contexte social actuel, c’est-à-dire les changements engendrés par la pandémie, les mouvements antiracistes et les grandes avancées technologiques. Elle a notamment souligné la nécessité d’interagir avec des gens en provenance d’autres milieux que le nôtre et la richesse que ces interactions nous apportent. Elle a aussi parlé de l’importance de planifier pour la prochaine génération d’actuaires compte tenu de l’avènement de l’intelligence artificielle et des mégadonnées. Michel Benoit, président du nouveau Conseil de surveillance de la profession actuarielle, s’est aussi adressé aux membres. Vous vous souviendrez que ce nouveau conseil a été établi le 1er janvier 2020 dans le cadre de la restructuration de gouvernance de l’ICA. L’enregistrement de l’AGA est disponible sur cette page (connexion requise).

Nous venons tout juste de publier Progresser ensemble, notre rapport annuel 2019-2020. C’est impressionnant de voir la quantité de travail accompli au fil des mois. En tout début de mandat, en juillet dernier, j’avais eu l’occasion de m’entretenir avec François Cloutier dans le cadre de notre série de balados Voir au-delà du risque. J’y parlais de trois enjeux qui me tenaient particulièrement à cœur et sur lesquels je souhaitais mettre l’accent durant mon mandat : l’engagement bénévole à l’ICA, la sensibilisation du grand public aux avantages de la contribution actuarielle dans des domaines moins traditionnels et le rayonnement de l’ICA à l’échelle internationale. Je constate en lisant le rapport annuel que nous avons fait de beaux progrès sur ces trois questions.

Quand je repense à mon année dans le rôle de président, je suis particulièrement fier de notre présence en matière de politique publique. L’Institut a diffusé l’énoncé public sur les changements climatiques alors que j’arrivais en poste. Dans ce contexte, j’ai eu la chance de représenter les actuaires lors de discussions avec les dirigeants de divers organismes gouvernementaux et privés. Ces dirigeants s’inquiètent des changements climatiques et j’ai pu constater à quel point ils étaient intéressés de connaître le point de vue des actuaires. Je suis donc convaincu que nous devons poursuivre notre travail en matière de politique publique et démontrer toute la valeur de la contribution actuarielle dans des domaines moins traditionnels. Notre travail à cet égard contribue à protéger l’intérêt public et à multiplier les débouchés pour nos membres.

Chose certaine, quand j’ai commencé mon mandat, je ne m’attendais pas à le terminer en pleine pandémie. Malgré les défis posés par la crise, l’Institut a fait preuve d’agilité et maintenu des services de qualité pour ses membres et les Canadiens. Je pense ici à la série d’assemblées virtuelles où nous avons parlé de l’impact de la pandémie sur les domaines de pratique et du Carrefour COVID-19. Je pense aussi au passage efficace de nos colloques et de nos formations vers l’espace virtuel. Dans ce bulletin, Alison Rose parle justement de l’offre virtuelle de perfectionnement professionnel continu.

En ce qui a trait à l’intérêt public, en mai, l’Institut a souligné l’importance d’accroître la qualité et la précision des données recueillies et communiquées auprès des gouvernements et des institutions publiques. Nous avons ajouté la voix des actuaires à celles d’autres experts et professionnels qui ont besoin de données fiables et détaillées pour analyser les questions liées à la pandémie et soutenir les décideurs dans la prise de décisions éclairées. Malgré la complexité de cette entreprise, on remarque que des mesures concrètes ont été prises à cet égard dans diverses provinces. Je l’ai déjà dit et je continue de le répéter : ce n’est pas le temps pour les actuaires d’être invisibles. Nous avons l’expertise pour élaborer ou, à tout le moins, contribuer à l’élaboration des modèles qui permettraient aux autorités de santé publique du Canada de mieux gérer les prochaines vagues de l’actuelle pandémie ou une d’une autre pandémie (car il y en aura d’autres malheureusement).

Pour conclure, je vous remercie de la confiance que vous m’avez accordée au cours des 12 derniers mois. J’ai travaillé pour les actuaires canadiens afin qu’ils se sentent chez eux à l’Institut. Je souhaitais que vous vous sentiez impliqués et que vous trouviez des défis bénévoles à votre mesure qui vous permettent de progresser sur le plan professionnel. Je crois fermement que l’ICA est un partenaire de choix pour vous accompagner durant votre formation et tout au long de votre carrière.

Marc Tardif, FICA, est le président de l’Institut canadien des actuaires.

Suivez Nous

Pour nous joindre

Institut canadien des actuaires
360, rue Albert, bureau 1740
Ottawa, Ontario K1R 7X7
voiraudeladurisque@cia-ica.ca