fbpx

Un regard vers l’avenir en compagnie d’Hélène Pouliot, en vue de son mandat à la présidence de l’ICA

Hélène Pouliot, FICA, a entamé son mandat en tant que présidente de l’ICA le 1er juillet 2022. Dans cet épisode, nous nous entretenons avec Hélène pour connaître ses priorités, les initiatives auxquelles nous pouvons nous attendre, et ce qu’elle aimerait accomplir au cours de son mandat en tant que présidente.


VOUS N’AVEZ PAS LE TEMPS D’ÉCOUTER CE BALADO? LISEZ LA TRANSCRIPTION.

Animatrice : Bienvenue à Voir au-delà du risque, le balado de l’Institut canadien des actuaires.

La fin du mois de juin marque le moment où les membres dirigeants de l’ICA changent. Dans le cadre de cet épisode d’aujourd’hui, nous discuterons avec Hélène Pouliot, qui commence son mandat très bientôt en tant que présidente de l’ICA, succédant au poste de Jackie Friedland. 

Merci, Hélène, de vous joindre à nous aujourd’hui.

Pouliot : Merci.   

Animatrice : Pour commencer, parlez-nous de vos derniers engagements en tant que bénévole à l’ICA, menant à votre rôle à titre de présidente.

Pouliot : Eh bien, mon engagement bénévole au sein de l’ICA remonte à bien des années. Je crois que c’est en 1991 que j’ai eu mon premier poste de bénévole au sein de la Commission sur les programmes. Par la suite, j’ai siégé à plusieurs commissions et groupes de travail, dont la Commission sur les rapports financiers des compagnies d’assurance-vie et la Commission sur la gestion des risques et du capital requis.  

J’ai aussi fait partie du Groupe de candidats à un tribunal. J’ai aussi présidé la Direction des services aux membres – qui n’existe plus, mais qui était une direction importante – et j’ai siégé à la Direction des conseils en matière d’actuariat.

Ensuite, j’ai été élue à trois reprises au Conseil d’administration de l’ICA à titre d’administratrice, et je suis très fière de dire qu’on m’a décernée une palme d’or en reconnaissance de ma carrière bénévole au sein de l’Institut canadiens des actuaires. La profession m’a offert de multiples occasions d’accomplir des fonctions intéressantes tout en gagnant un très bon salaire. Il était temps pour moi de redonner à celle-ci et, à titre de présidente, de tenter d’influencer la voie que suivra l’ICA.

Animatrice : Vous avez souligné que la participation des membres est une priorité pour vous et que nous devons continuer à concrétiser la proposition de valeur des membres. Au cours de l’année à venir, quelles sont quelques choses que nous allons pouvoir observer dans ce domaine?  

Pouliot : Bien, il y a deux semaines, nous avons tenu une discussion de planification stratégique avec le Conseil d’administration et d’autres dirigeants de l’ICA afin de cerner nos priorités pour les trois prochaines années. Nous nous sommes entendus sur une très courte liste d’éléments. La concrétisation de notre proposition de valeur à l’endroit des membres en fait partie.

Pour bonifier la proposition de valeur offerte aux membres, nous sommes d’avis qu’il faut offrir davantage de services et de produits fondés sur les connaissances.

Nous travaillons sur les nouveaux parcours d’éducation s’adressant à la prochaine génération d’actuaires, et nous sommes d’avis que ce nouveau programme permettra à l’ICA d’avoir plus de souplesse pour adapter l’enseignement en fonction de l’évolution de la science actuarielle et des besoins de nos parties prenantes. Ce nouveau programme nous permettra d’être plus proactifs et d’innover davantage et nous aidera à préserver la marque de l’ICA à titre d’organe de qualification pour les actuaires.    

Pour notre prochaine génération d’actuaires et pour nos membres actuels, la Direction de la recherche a élaboré un plan visant à accroître les projets de recherche dans certains domaines stratégiques, notamment le vieillissement et la retraite, les soins de santé, les assurances IARD et les pratiques en émergence telles que l’analyse prédictive et les changements climatiques.    

Pour ce faire, la Direction de la recherche travaillera en étroite collaboration avec des parties externes afin d’offrir des produits de la meilleure qualité dans les meilleurs délais. Nous avons aussi créé la Commission directrice sur les changements climatiques et la viabilité, qui relève directement du Conseil d’administration.

Cette commission assurera un leadership éclairé afin de faire avancer l’ICA en ce qui concerne le rôle des actuaires en matière de changements climatiques et de viabilité. Ce groupe cherchera des occasions de faire valoir le rôle des actuaires dans ce domaine et coordonnera la démarche de divers groupes bénévoles visant à tenir compte dans leur travail des risques climatiques et d’autres facteurs liés à la viabilité et de les y intégrer.

Directement liées à notre proposition de valeur, l’amélioration et l’utilisation efficace de notre technologie constituent un autre thème à l’égard duquel nous agirons. Notre site Web et notre système de gestion des membres ont grandement besoin d’amélioration.    

Nous remplacerons le système actuel par une plateforme de données sur les membres, et le site Web sera entièrement réaménagé. Nous croyons que ces initiatives nous permettront d’améliorer la proposition de valeur et d’accroître l’engagement des membres.  

Animatrice : Discutons de nos Règle de déontologie. Si je comprends bien, que nous examinerons nos Règles de déontologie prochainement; avons-nous un plan à ce sujet? Comment voyez-vous cela aider la profession de manière à servir l’intérêt public?  

Pouliot : Les règles de déontologie n’ont pas été révisées depuis plusieurs années.  

Compte tenu du nombre de dossiers disciplinaires que nous avons eus au cours des dix dernières années et sur les conseils du Conseil de surveillance de la profession actuarielle, nous estimions que le moment était venu de procéder à la révision des règles de déontologie. Le travail est sous la responsabilité de la Commission sur la gouvernance et les nominations (CGN).   

Bien que je ne puisse pas donner tous les détails des constatations relevées jusqu’ici parce que les travaux ne sont pas terminés, je peux parler de questions qui ont été soulevées. La première concerne la portée des règles de déontologie actuelles. Par exemple, est-ce que celle-ci vise uniquement les services professionnels ou tous les services offerts par les membres?

À titre d’exemple, est-ce que la règle actuelle qui concerne les conflits d’intérêts vise-t-elle uniquement la fourniture de services professionnels ou également le travail bénévole? Même chose pour la règle relative à la courtoisie et sur la coopération.

Une autre question soulevée se rapporte à la règle 13. On s’inquiète de plus en plus du fait qu’en vertu de la règle 13, des membres pourraient même tenter d’éviter de prendre connaissance de situations importantes de non-conformité en raison des exigences de signalement obligatoire.      

De plus, des membres pourraient également se trouver en situation difficile à cause de contraintes liées au maintien en poste, ou même de relations de travail cordiales avec des collègues. La CGN a élaboré des recommandations préliminaires afin de résoudre ces questions. Ce projet est aussi étroitement lié à la révision des statuts administratifs. Donc, le Conseil d’administration suit de très près l’évolution de ces projets.     

Nous devrions avoir une mise à jour là-dessus lors de notre prochaine réunion, en octobre 2022. Nous espérons pouvoir approuver la version révisée des règles de déontologie d’ici le mois de mars 2023.   Tout au long de ce processus, on consultera les membres pour s’assurer de tenir compte de tous les commentaires.   

Animatrice : Nous avons récemment lancé la nouvelle image de l’ICA, mais il ne reste que nous pouvons en faire bien plus pour rehausser le profil des actuaires. Au cours de l’année à venir, quelles sont d’autres choses que vous souhaitez mettre en œuvre dans ce domaine?

Pouliot : L’objectif est de moderniser notre image. Nous voulons renforcer nos relations actuelles, élargir nos auditoires et être plus compréhensibles, plus accessibles et plus pertinents.  

Nous croyons donc qu’il est essentiel d’élargir le rôle des actuaires afin d’accroître l’engagement de nos membres, d’attirer de nouveaux candidats et de nouvelles candidates et d’augmenter la valeur de notre titre professionnel. Lors du tout récent congrès act22, nous avons présenté nos nouveaux documents Les mégadonnées et la classification des risques, que nous distribuerons sous peu à plus grande échelle. Voilà un exemple de la nouvelle image de marque de l’ICA.   

La Direction du développement de la pratique planche aussi sur une campagne de sensibilisation afin de rehausser le profil des actuaires. Cette campagne sera développée au cours de l’année à venir. Nous avons évoqué, par exemple, la publication d’études de cas afin d’illustrer le savoir-faire actuariel, de même que des entretiens avec des actuaires qui s’illustrent dans leur domaine de pratique. C’est à suivre.   

Le Conseil d’administration a aussi formé un groupe de travail chargé de travailler sur cette priorité afin de déterminer, notamment, ce à quoi pourrait ressembler le succès. D’autres renseignements suivront à ce sujet. Il s’agira d’une priorité importante pour le Conseil d’administration et pour moi-même pendant l’année à venir.    

Animatrice : Pour terminer cet entretien, quelle est une chose que vous aimeriez voir de différent lorsque votre mandat se terminera dans un an?   

Pouliot : Bien, le travail des actuaires n’est pas très bien compris.   

J’aimerais que nous puissions réaliser des progrès considérables pour changer la situation, que nous puissions être mieux connus de nos principales parties prenantes et que nous puissions être entendus en ce qui concerne d’importants enjeux sociaux tels que les changements climatiques, les soins de santé et autres.    

Bien que l’ICA ne soit pas en mesure de faire beaucoup pour atteindre cet objectif – et j’espère bien sûr que nous ferons des progrès à cet égard – j’aimerais vraiment que nos membres deviennent tous des ambassadeurs et ambassadrices de notre profession en parlant du travail stimulant qu’est le leur, afin de démontrer l’ampleur des talents des actuaires et leur capacité de contribuer à trouver des solutions à des problèmes complexes.

Animatrice : Merci, Hélène, d’avoir pris le temps de vous joindre à nous aujourd’hui.   

Pouliot : Merci beaucoup.

Animatrice : Alors cher auditoire, c’est ce qui met fin à l’épisode d’aujourd’hui. Si vous avez aimé cette entrevue, n’oubliez pas de vous abonner pour ne pas manquer les épisodes à venir. D’ailleurs, vous pouvez écouter le balado sur le blogue de l’ICA, Voir au-delà du risque, et nous écrire à balados@cia-ica.ca. Nous aimons toujours lire vos commentaires et vos idées.

Merci d’avoir écouté Voir au-delà du risque. À la prochaine!

Cette transcription a été révisée par souci de clarté.

Suivez Nous

Pour nous joindre

Institut canadien des actuaires
360, rue Albert, bureau 1740
Ottawa, Ontario K1R 7X7
voiraudeladurisque@cia-ica.ca