fbpx

Retour sur la dernière année

Cet article a été publié initialement dans l'(e)Bulletin de l’ICA.

Par Michel Simard
Directeur général de l’ICA

Voilà une autre année qui semble s’être écoulée rapidement. Cela n’est pas étonnant vu le nombre important d’activités entreprises par l’ICA en 2019.

Mise en œuvre de la nouvelle structure de gouvernance

Le 1er janvier 2020 a marqué le début de l’ère du Conseil de surveillance de la profession actuarielle (CSPA) avec la mise en œuvre de la phase 2 des modifications à la structure de gouvernance. Le CSPA, qui remplace le Conseil de surveillance des normes actuarielles, chapeaute trois conseils, soit le Conseil des normes actuarielles (CNA), le Conseil de déontologie (CD) et le Conseil sur le professionnalisme et la supervision des titres de compétence (CPSTC). De même, les noms de deux directions ont été modifiés : la Direction de l’admissibilité et de la formation est devenue la Direction de l’éducation et des qualifications et la Direction des normes et matériel d’orientation s’appelle maintenant la Direction des conseils en matière d’actuariat. Ces changements devraient avoir pour effet d’accroître la responsabilisation de la profession actuarielle à l’égard du public et de nous aider à respecter notre promesse de placer les besoins du public avant ceux de la profession. Merci aux nombreuses personnes qui ont pris part aux travaux nécessaires pour apporter ces modifications, notamment en ce qui concerne la planification, les statuts administratifs et les politiques.

Éducation

Au chapitre de l’éducation, le programme d’études de l’ICA révisé a été approuvé en décembre. On y a ajouté de la matière concernant les domaines de pratique en émergence (les changements climatiques, les cyberrisques, la chaîne de blocs, la cryptomonnaie), les applications au secteur bancaire et la norme IFRS 17, ainsi que du contenu spécialisé à certains domaines pour la partie du programme s’adressant aux candidats au titre de FICA. La mise à jour de notre programme d’études, qui comporte un cycle de révision sur deux ans, contribue à faire en sorte que nos candidats aux titres d’AICA et de FICA soient bien préparés à répondre aux exigences sans cesse croissantes d’une carrière en actuariat. Certains éléments de l’annexe du programme d’études révisé restent à déterminer. Celle-ci explique les diverses façons dont le programme est couvert, soit par la Casualty Actuarial Society (CAS), la Society of Actuaries (SOA), les universités ou les programmes de l’ICA.

Le Programme d’agrément universitaire (PAU) a entrepris sa septième année d’existence. À l’heure actuelle, 587 candidats ont eu recours au PAU, et 83 associés (AICA) et 18 fellows (FICA) ont obtenu leur titre professionnel en suivant ce parcours.

Une nouvelle plateforme d’apprentissage en ligne a également été lancée cet automne. Cet outil convivial vous permet d’accéder au nouveau module obligatoire sur le professionnalisme à votre convenance. Ce module, qui comprend un cours d’introduction, une série d’études de cas et une attestation, doit être complété d’ici le 31 décembre 2020. Francine Pell, FICA, n’avait que de bons mots au sujet du nouveau module : « Mon expérience a été très agréable et j’ai beaucoup appris. J’ai vraiment aimé l’outil et j’ai trouvé le module beaucoup plus instructif que par le passé. Merci à l’équipe responsable de cette réalisation. »

Je suis aussi ravi de mentionner que le nouveau Cours orienté vers la pratique (COP), offert en juin et décembre 2019, a été couronné de succès et fort apprécié des étudiants du fait de son riche contenu pédagogique et des opportunités d’interaction offertes aux participants.

Rayonnement international

L’image de marque de l’ICA et des actuaires canadiens continue de progresser sur la scène internationale. Le travail accompli par nos bénévoles en vue de préparer les actuaires canadiens à l’entrée en vigueur de la norme IFRS 17 consolide notre position de leader dans l’élaboration du matériel didactique relatif à ce nouveau paradigme tant au niveau national qu’international. Des délégations en provenance du Japon et de la Corée du Sud ont récemment échangé avec nous sur cet important enjeu. Nous nous sommes engagés à faire la promotion du titre professionnel de FICA dans le monde entier.

Nous maintenons notre engagement envers l’Association actuarielle internationale (AAI). Certains de nos membres ont récemment participé à la révision de la structure de cette organisation et d’autres assument des fonctions au sein de ses comités clés.

Nous profitons de l’occasion que nous offre les réunions de l’AAI comme celle tenue récemment à Tokyo, au Japon, afin d’échanger avec d’autres organismes actuariels sur différents enjeux d’intérêt mutuel. Nous avons notamment tenu de telles rencontres avec l’Institute and Faculty of Actuaries du Royaume-Uni, la Society of Actuaries de l’Afrique du Sud, la SOA et la CAS.

Si vous désirez en savoir plus au sujet de notre rayonnement international, lisez l’article sur les affaires internationales contenu dans ce numéro.

Communications

L’année a été très chargée à l’ICA sur le plan des communications. Nous avons publié de nouveaux énoncés publics, lancé le balado Voir au-delà du risque et accru notre présence dans les médias sociaux.

L’Institut a présenté 20 mémoires portant sur des sujets tels que les modifications provisoires apportées à la norme IFRS 17 (International Accounting Standards Board), le projet de ligne directrice E-25 (BSIF), le cadre de capitalisation de la solvabilité de la Colombie-Britannique (ministère des Finances de la C.-B.) et le projet de règlement publié dans la Gazette officielle du Québec (Retraite Québec). Publiés respectivement en avril et en septembre, après plusieurs années d’études et d’élaboration, les documents Une retraite reportée pour des prestations plus élevées et Il est temps d’agir: Faire face aux risques des changements climatiques sont des énoncés portant sur des enjeux de politique publique. Ces documents ont fait l’objet d’une excellente couverture médiatique et suscité l’attention des gouvernements et d’autres organisations, qui souhaitaient connaître la perspective actuarielle quant à ces enjeux importants.

En 2020, l’assurance-médicaments et la classification des risques feront l’objet d’énoncés publics, lesquels viseront à favoriser la recherche de solutions plutôt qu’à simplement faire état de problèmes existants.

Augmentation du portefeuille de recherche

L’Institut a publié 18 rapports de recherche, et il compte 19 études en cours et cinq autres qui en sont au stade préliminaire. La recherche, qui constitue une activité fondamentale de l’Institut, contribue à repousser les limites de la profession, à approfondir les connaissances sur les enjeux, secteurs d’activité et domaines de pratique en émergence, et s’harmonise avec les priorités stratégiques de l’ICA. Les études sur l’expérience recueillent des données sur l’industrie, qui facilitent le travail courant des actuaires. Les recherches de l’ICA fournissent une perspective canadienne unique dans les deux langues officielles. Nous avons également accru notre collaboration avec d’autres organismes, notamment la SOA, l’Institute and Faculty of Actuaries, Mitacs et les universités. La série de politiques du National Institute on Ageing sur l’avenir des soins de longue durée, dont nous sommes l’un des commanditaires, a suscité beaucoup d’attention dans les médias et chez les responsables des politiques.

Initiatives en matière de bénévolat

Notre équipe des services aux bénévoles a mis en œuvre de nouvelles initiatives afin d’accroître la reconnaissance et le soutien destinés à nos bénévoles. Elle a également mis en place des mécanismes visant non seulement à inciter au bénévolat, mais également à confier aux bénévoles des fonctions qui leur conviennent. Ces améliorations se poursuivront en 2020. Nous continuerons de soutenir les bénévoles chevronnés et les nouveaux bénévoles tout en faisant appel aux membres qui n’ont jamais eu l’occasion de prendre part aux travaux de l’Institut.

Partenariats

Nous continuons de cultiver nos partenariats avec les principaux intervenants et organismes de réglementation et à développer de nouvelles relations avec des organismes actuariels et non actuariels. Nous avons actualisé notre protocole d’entente sur l’éducation avec la CAS, dans lequel sont désormais reconnus l’Atelier sur le professionnalisme et le Cours orienté vers la pratique de l’ICA aux fins de l’obtention des titres de compétence de la CAS.

Notre relation avec l’Association nationale des étudiants en actuariat (ANÉA) nous permet d’être en contact avec les actuaires de demain, mais a aussi facilité la création de la nouvelle Banque d’emplois en actuariat. Les employeurs peuvent y faire du recrutement pour doter des postes en actuariat et pour trouver des stagiaires, notamment dans le cadre des programmes d’études en régime coopératif. Les étudiants et les membres peuvent y téléverser leur curriculum vitæ, y effectuer une recherche d’emploi et y consulter des ressources de carrière adaptées aux professionnels en actuariat. À cet effet, la présidente de l’ANÉA, Angel Yang, a fait le commentaire suivant : « Enfin, pour l’ANÉA et ses membres, nous avons une plateforme accessible, gratuite et efficace, dont la raison d’être est de fournir aux étudiants en actuariat des occasions de stages peu importe leur établissement ou leur programme. »

Gestion des relations avec la clientèle

La mise en œuvre de plusieurs éléments du nouveau système de gestion des relations avec la clientèle (GRC) et des mises à jour connexes sur le site Web a été une réussite, au grand plaisir du siège social. Nous avons lancé le nouveau portail de paiement en ligne et amélioré les fonctionnalités d’inscription aux événements, de suivi et de conformité concernant les activités de perfectionnement professionnel continu (PPC) et de gestion des bénévoles. Cela devrait contribuer à améliorer l’expérience des membres et du personnel à ces égards. Merci aux membres du personnel pour le travail accompli et aux membres pour leur patience et leur soutien pendant la mise en œuvre de ces changements.

Regard vers l’avenir

L’Institut a connu une année remplie de défis passionnants en 2019. Plusieurs activités sont prévues pour l’année qui vient, dont les travaux du groupe de travail chargé de la révision du processus disciplinaire de l’ICA, ainsi que la poursuite de l’exploration des domaines de pratique en émergence. Nul doute que l’année 2020 sera tout aussi captivante, productive et enrichissante que celle qui vient de se terminer.

Michel Simard est le directeur général de l’ICA.

Suivez Nous

Pour nous joindre

Institut canadien des actuaires
360, rue Albert, bureau 1740
Ottawa, Ontario K1R 7X7
voiraudeladurisque@cia-ica.ca