Considérations relatives à l’examen de la santé financière en 2020 compte tenu de la pandémie de COVID-19

Cet article a été publié initialement dans le Carrefour COVID-19 de l’ICA.

Par Michelle Lindo, FICA, présidente de la Commission sur la gestion des risques et le capital requis

Cet article reflète l’opinion de l’auteure et il ne représente pas les conseils officiels de l’ICA. L’auteure accepte les commentaires sur cet article et les suggestions d’articles à venir. Elle invite par ailleurs les membres de l’ICA à visiter régulièrement le Carrefour COVID-19 de l’ICA pour des réflexions de pointe.

À quels éléments devrions-nous accorder une attention particulière dans le cadre de l’ESF cette année, étant donné que nous sommes en plein cœur d’une pandémie de COVID-19?

Ajustements apportés au scénario de base

Le scénario de base est habituellement basé sur le plan d’affaires. Il est possible que ce plan ne reflète pas encore les ajustements apportés pour tenir compte de la COVID-19. Dépendamment de la date à laquelle le rapport est effectué et de l’incidence potentielle de la COVID-19 sur l’assureur, le scénario de base pourrait être mis à jour pour tenir compte des répercussions économiques immédiates de la pandémie : p. ex., choc sur le marché boursier, réduction des taux sans risque, élargissement des écarts de crédit des obligations corporatives. Au fur et à mesure que l’expérience en lien avec la COVID-19 émergera en 2020, les répercussions sur les réclamations d’assurance et les changements observés au niveau des taux d’abandon et des nouvelles affaires émises par l’assureur pourraient être pris en compte afin de renforcer les conclusions du rapport. Dans la mesure où il est attendu que ces observations persistent après 2020, des ajustements pourraient également être apportés aux années futures de la période de projection.

Si le scénario de base diffère du plan d’affaires, les changements apportés à celui-ci doivent être documentés dans le rapport sur l’ESF.

Date du rapport et de la présentation

Selon les normes de pratique (NP), l’actuaire désigné doit veiller à ce que l’évaluation effectuée dans le cadre de l’ESF soit courante et à ce que les événements récents et les résultats financiers opérationnels récents soient pris en compte à la date du rapport. Les NP précisent également que si un événement défavorable survient entre la date du rapport et la date de la présentation au conseil d’administration ou à l’agent principal, l’actuaire aborderait à tout le moins l’événement et ses conséquences potentielles sur les résultats de l’évaluation. Si cela s’avère approprié, l’actuaire procéderait de nouveau à l’évaluation. Enfin, si les circonstances ont sensiblement évolué depuis la dernière évaluation, l’actuaire peut envisager de préparer un rapport immédiat hors cycle. La note éducative de la CGRCR souligne les exigences des NP en lien avec les mises à jour relatives à l’évaluation de l’ESF.

Par exemple, le tableau ci-dessous présente quelques scénarios et mesures possibles :

Date de l’évaluationDate prévue du rapportDate prévue de la présentationIncidence potentielle de la COVID-19Mesures potentielles
31 décembre 20191er mars 202027 mars 2020Incidence totale inconnue. Toutefois, les marchés financiers sont instables au premier trimestre (T1), le marché boursier a plongé de 30 % et les taux d’intérêt sans risque ont diminué de 100 points de base. Les résultats du T1 ne sont pas encore disponibles.Tenir compte de l’incertitude dans la présentation au conseil d’administration ou à l’agent principal. On pourrait référer à des évaluations actuelles ou passées au sujet des pandémies, à d’autres événements exogènes ou à des chocs économiques. On pourrait prévoir une présentation de suivi plus tard au cours de l’année. 
31 décembre 201930 avril 202015 mai 2020Incidence totale inconnue. Les répercussions économiques ressenties au T1 et les résultats du T1 seront disponibles avant la présentation.Envisager de mettre à jour le rapport pour tenir compte des résultats du T1, s’ils sont matériels. Par ailleurs, le rapport pourrait être retardé pour permettre une analyse supplémentaire et favoriser une pertinence accrue de celui-ci. On pourrait se concentrer sur les évaluations actuelles ou passées sur les pandémies. Il serait possible de prévoir une présentation de suivi plus tard au cours de l’année. 
31 décembre 201930 septembre 202015 octobre 2020Les résultats des T1 et T2 sont disponibles et ils tiennent compte des chocs économiques et de certaines données défavorables sur les sinistres de mortalité. Les résultats de l’assureur sont demeurés au-dessus des cibles internes au cours de l’année.Ajouter des commentaires au rapport pour tenir compte des changements récents et(ou) mettre à jour le scénario de base pour prendre en compte les résultats de T1 et T2 et les attentes pour le T3. D’autres mouvements défavorables au niveau des sinistres au cours de la période de projection pourraient être pris en compte dans les scénarios de base et(ou) les autres scénarios. 
31 décembre 20191er novembre 202030 novembre 2020Au T1, l’assureur se retrouve temporairement sous les cibles internes en raison des chocs économiques. L’exposition à la mortalité et à la morbidité est élevée.Envisager de devancer l’évaluation de l’ESF au début de l’année, compte tenu des résultats du T1, afin de produire une évaluation plus pertinente et rapide. Mettre l’accent sur les conséquences potentielles de la pandémie et les mesures correctives potentielles prises par la direction.

Cet article est le dernier d’une série d’articles axés sur la pratique provenant de la Direction des conseils en matière d’actuariat. Lisez le premier article et la série complète.

Ajouter un commentaire

Suivez nous

Sections