fbpx

Se renforcer et renforcer ses effectifs : leçons tirées du congrès annuel de l’ICA

Outre l’enrichissement de leur expertise technique, les participants et participantes au congrès act22 ont pu y puiser des leçons en matière de perfectionnement personnel et professionnel. Poursuivez la lecture pour prendre connaissance de quelques-unes des leçons tirées en 2022, par exemple en ce qui concerne les moyens de renforcer nos effectifs, nos processus de travail, nos organisations et plus encore.

Points de connexion humaine

Riaz Meghji a lancé le congrès en prononçant un discours d’ouverture inspirant portant sur la façon dont nous pouvons, en tant que professionnels ou professionnelles, établir des liens plus significatifs avec nos collègues et ainsi développer un effectif plus solide.

Riaz Meghji, expert en connexion humaine

M. Meghji a souligné qu’il avait été démontré que la promotion de liens réels et authentiques permettait de stimuler la productivité. Les gens préfèrent travailler pour et avec des personnes qui se soucient d’eux. Voici comment vous pouvez développer de tels liens :

« Donnez de la substance à vos bavardages » : En ouvrant la porte à des sujets qui ne concernent peut-être pas l’organisation mais qui sont importants pour vos collègues en tant que personnes, vous pourriez découvrir que vous avez des intérêts communs ou des expériences communes. N’oubliez pas de « demander d’abord et de parler ensuite » et de vous concentrer sur le lien émotionnel qu’entretient votre collègue avec le sujet, soit le pourquoi de son intérêt, plutôt que seulement sur l’information communiquée.

« Écoutez sans distraction » : Saviez-vous que le cerveau peut absorber de 400 à 500 mots par minute? Et que pourtant, nous n’en écoutons activement et n’en comprenons qu’environ 120, sans compter les distractions qui réduisent encore davantage ce nombre? Être attentif ou attentive à vos collègues est, bien sûr, important pour les activités liées au travail. Mais c’est aussi un moyen d’avoir avec eux et elles des discussions plus profondes et de leur donner le sentiment qu’on les estime.

« Laissez de côté votre image “parfaite” » : Être un leader, c’est entre autres choses être une personne à laquelle votre personnel peut s’identifier, même si l’on doit laisser voir une certaine vulnérabilité. N’ayez pas peur de prendre un risque en parlant d’abord de votre expérience, y compris de difficultés antérieures qui ont pu vous mener là où vous êtes aujourd’hui. Tant que vous restez crédible, vous servirez d’exemple et vous inciterez peut-être d’autres personnes à faire de même. 

Naviguer l’avenir du travail au moyen d’harmonisation, de résilience et de créativité

Qu’est-ce qui a amené tant d’organisations, pourtant très prospères à un moment ou à un autre, à échouer en fin de compte? Plus important encore, comment éviter que nos organisations subissent le même sort? Hamza Khan a examiné de près certaines caractéristiques communes à ces entreprises et a conclu que leur échec était attribuable à un refus d’évoluer.

Hamza Khan, expert sur l’avenir du travail

Au fil de l’évolution de l’économie, des secteurs d’activités et des pratiques de travail, bon nombre de ces entreprises sont demeurées inflexibles, affirmant qu’elles n’avaient pas besoin de s’adapter et que leurs modèles commerciaux demeureraient performants. Toutefois, l’histoire montre autre chose. En effet, au cours des 66 dernières années, 88 % des sociétés du palmarès Fortune 500 ont fait faillite ou on fait l’objet d’acquisitions, ce qui indique que même les stratégies les plus efficaces échoueront, à moins de faire l’objet d’une surveillance constante et d’être continuellement adaptées à l’évolution du contexte. M. Khan a expliqué que l’échec de la plupart des entreprises peut être attribué à un amalgame de trois raisons principales :

La négligence : faire fi de l’évolution du contexte.

La complaisance : croire que l’organisation ne faiblira jamais et ne pas avoir le désir de la pousser plus loin.

L’évitement : fermer les yeux sur les problèmes importants relatifs aux modèles commerciaux en place.

On peut observer ces problèmes aujourd’hui avec les nombreuses entreprises qui ont du mal à s’adapter aux changements apportés par la pandémie, par exemple, l’environnement virtuel et le passage au travail en mode hybride. Hamza Khan a indiqué que les employeurs et les hauts dirigeants et dirigeantes peuvent se préparer pour l’avenir du travail en adoptant les valeurs suivantes :

L’harmonisation : maintenir une connexion avec les employés à tous les échelons; ils sont souvent en mesure de repérer avant vous les problèmes importants. En entreprenant une démarche d’écoute et en cernant les lacunes en matière de perception aux côtés des personnes qui travaillent sur le terrain, vous serez mieux à même de résoudre les problèmes techniques et d’améliorer votre organisation.

La résilience : il est essentiel de réfléchir activement et continuellement à votre position actuelle et à la direction que vous souhaitez prendre. Comprendre l’importance du « désordre technique », soit mettre un système à l’épreuve afin qu’il soit en mesure de résister à des turbulences éventuelles.

La créativité : enfin, rêver sans contraintes. Même si vous ne parvenez pas à atteindre vos objectifs, le fait de travailler à leur réalisation vous donnera une certaine mesure de la réussite.

La gestion de la santé mentale : favoriser la positivité pour augmenter la productivité

En conclusion du congrès, Marie-Hélène Pelletier a souligné que la gestion efficace du stress et de la santé mentale n’est pas seulement importante sur le plan personnel, mais peut également favoriser une plus grande réussite au travail.

Marie-Hélène Pelletier, experte en résilience du leadership et en épuisement professionnel

Pour gérer sa santé mentale, bien des gens oublient qu’il faut non seulement éviter la négativité, mais aussi favoriser la positivité. De plus, bien qu’il soit naturel d’attendre d’avoir atteint sa limite, le maintien de sa santé mentale nécessite un effort constant. Comme l’a dit Mme Pelletier, « Il ne faut pas attendre de s’écrouler avant de commencer à gérer sa santé mentale. Il faut plutôt être proactif et placer la réussite au sommet de ses préoccupations. »

Cela est encore plus important lorsque les responsabilités s’accumulent et que les temps libres se font de plus en plus rares. Selon l’Association canadienne pour la santé mentale, une personne sur deux au Canada est ou a été atteinte d’une maladie mentale avant d’atteindre l’âge de 40 ans. La maladie mentale a aussi une incidence sur le monde des affaires. En effet, la Commission de la santé mentale du Canada rapporte que les problèmes de santé mentale occasionnent chaque année des pertes de 50 milliards de dollars en productivité.

Il a été démontré qu’un état mental positif augmente de manière considérable le rendement et la productivité au travail. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une panacée pour les troubles de la santé mentale, en particulier les plus graves qui ne relèvent pas de la gamme des émotions maniables, Marie-Hélène Pelletier suggère deux stratégies pour gérer le stress de manière proactive et favoriser un état d’esprit positif :

La pré-suasion : en se convainquant soi-même que l’on est capable de gérer des situations difficiles, on favorise la confiance, les idées et les solutions, ouvrant ainsi la voie à la réussite.

L’amorçage : en exposant une personne à un stimulus, par exemple un mot, une image ou une action, il est possible d’influencer ou de modifier son comportement. Cette stratégie peut servir à évoquer un état d’esprit positif et axé sur les objectifs. Des études montrent (en anglais) d’ailleurs que de minuscules signes et stimuli peuvent inconsciemment (mais de manière significative) avoir un effet sur le comportement.

Mme Pelletier a de plus indiqué que pour maintenir un état d’esprit positif, il est essentiel de demeurer résilient ou résiliente. Cela nécessite de faire de l’exercice régulièrement (des exercices de musculation et de cardio pour le corps et de la méditation pour l’esprit), de bien s’alimenter, de bien dormir et d’entretenir des relations saines.

Vous cherchez d’autres occasions d’apprentissage?

Les membres de l’ICA ont accès gratuitement aux enregistrements de nombreuses séances (ouverture de session requise). Et si vous désirez participer au congrès annuel cette année, préparez-vous à vous joindre à nous les 15 et 16 juin 2023 à Halifax pour assister à d’autres séances de grande qualité, jouir de l’hospitalité de la côte Est et profiter de contenu actuariel intéressant.

Ajouter un commentaire

Suivez Nous

Pour nous joindre

Institut canadien des actuaires
360, rue Albert, bureau 1740
Ottawa, Ontario K1R 7X7
voiraudeladurisque@cia-ica.ca