Une année pandémique qu’on n’est pas près d’oublier

Pendant la dernière année, nous avons vécu une pandémie qui a touché toute la planète. Elle a bouleversé nos façons de vivre, de travailler, d’apprendre et de nous réunir. Les confinements et les perturbations ont donné lieu à un contexte économique incertain marqué par un taux de chômage élevé, des fermetures d’entreprises et de nombreuses familles en difficulté.

La pandémie a aussi eu pour effet d’exacerber d’autres tendances plus profondes, depuis les difficultés liées à la retraite et les inégalités de revenu, jusqu’aux inégalités systémiques et à la difficulté d’accès aux soins de santé. Elle a coïncidé avec une vague mondiale de protestations historiques en faveur de la diversité et de l’inclusion, laquelle s’est accompagnée d’importants bouleversements et tumultes politiques qui sont venus nous rappeler à quel point la démocratie peut être vulnérable et précieuse.

Malgré ces difficultés, l’ICA est demeuré solide grâce au soutien de ses bénévoles formidables, de son Conseil d’administration de confiance et de son personnel dévoué.

L’ICA a su relever le défi devant la COVID-19

L’ICA a suivi et continue de suivre de près la situation de la COVID-19 et a travaillé de concert avec les autorités sanitaires concernées ainsi qu’avec ses partenaires afin de protéger la santé et la sécurité de ses membres et de son personnel.

Dès le début de la pandémie, le siège social de l’ICA était déjà bien organisé pour mettre en œuvre un plan de télétravail sans trop perturber les activités dans l’ensemble. L’Institut a adopté des systèmes de communications internes et externes plus efficaces et a augmenté la fréquence des réunions du personnel en mode virtuel afin de maintenir l’engagement en période de télétravail. Les membres du personnel ont aussi accès à un programme d’aide aux employés offrant divers services, dont des programmes de mieux-être, de soutien en santé mentale et de services à la famille.

De plus, pendant l’été, l’équipe des ressources humaines du siège social a travaillé à l’élaboration de plusieurs initiatives afin de préparer la réouverture progressive du siège social. On a notamment élaboré une politique relative aux pandémies et une procédure administrative relative à la COVID-19, et assuré l’approvisionnement en équipement de protection individuelle. Les membres du personnel ont également suivi une formation en matière de santé et de sécurité et de procédures liées à la COVID-19.

« La pandémie a démontré l’importance d’assurer une gestion adéquate des risques. Nous nous trouverons bientôt en période d’après-pandémie, et les experts en gestion des risques auront un rôle important à jouer. »

Michel St-Germain, FICA, président de l’ICA

En dépit de la pandémie, nous avons conçu et mis en place des plateformes virtuelles efficaces aux fins de nos activités de perfectionnement professionnel continu (PPC) et de nos programmes éducatifs visant la qualification. Nous avons publié un énoncé de politique de classe mondiale relatif à l’assurance médicaments, instauré de nouvelles façons de mobiliser et de reconnaître nos bénévoles de manière concrète, et mis en œuvre d’importantes modifications en matière de gouvernance. Nous avons aussi mis en place des stratégies visant à favoriser la diversité, l’équité et l’inclusion au sein de notre profession, dont la mise en œuvre offrira des avantages à long terme.

Nous avons, en outre, créé un carrefour destiné au contenu relatif à la COVID-19, dans lequel nous présentons des articles, des analyses et des ressources pertinentes pour la pratique actuarielle en lien avec la pandémie. Par ailleurs, afin d’appuyer les actuaires dans l’évaluation de l’incidence de la COVID-19 sur leur pratique, l’ICA a organisé une série de webémissions sur la question en avril et en mai 2020.

« À plus petite échelle, je suis très fier de la façon dont notre équipe dévouée de bénévoles et de personnel s’est mobilisée afin d’unir la communauté actuarielle canadienne », indique Michel Simard, directeur général de l’ICA. « Dès les premiers jours de la pandémie mondiale, nous avons rapidement su réaménager la prestation de nos programmes et services afin de répondre aux besoins de nos parties prenantes. »

Le spectacle doit continuer

Le service de l’éducation de l’ICA a été particulièrement affecté par la COVID-19, et ce, dès l’annonce d’une pandémie d’envergure mondiale. Il a agi rapidement afin de conseiller le Conseil d’administration à l’égard du report et de l’annulation des contrats avec les fournisseurs externes, notamment les hôtels, les lieux de réunion et conférenciers, de manière à réduire au minimum les conséquences financières pour l’Institut. Il s’est penché sur la refonte de tous les programmes d’éducation et de perfectionnement professionnel afin de pouvoir assurer leur prestation en ligne, et a trouvé de nouveaux fournisseurs à cette fin.

« Nous avons exploité la technologie en place et travaillé en étroite collaboration avec nos partenaires bénévoles de tous les échelons de l’organisation afin d’assurer une prestation sans heurts et sans compromis sur la qualité du contenu ou de l’expérience des participants », explique Alicia Rollo, directrice, éducation et affaires internationales à l’ICA. « L’ampleur de ce qu’a réussi à accomplir notre petite équipe ingénieuse et résiliente est impressionnante. Les changements auxquels a donné lieu la COVID¬-19 auront des effets positifs permanents sur les modes de prestation de nos programmes d’éducation et de perfectionnement professionnel. »

Un mandat présidentiel hors du commun

Michel St-Germain, président de l’ICA, a vécu une expérience présidentielle hors du commun limitée par la pandémie, mais a tiré le meilleur parti possible de cette nouvelle normalité. « Comme plusieurs, j’ai dû m’isoler avec ma conjointe, sans contacts avec mes enfants et petits-enfants. Mais ce manque de contacts en personne a été remplacé par de nombreuses séances Zoom avec notre présidente désignée et notre président sortant, les membres du Conseil d’administration, le personnel du siège social et les nombreux bénévoles. Je tiens à les remercier tous de leur soutien et de leur dévouement envers la profession. Je sais que pour bon nombre d’entre nous, le travail à la maison sans contacts avec nos amis, avec les membres de notre famille et avec nos collègues a été difficile. »

Michel St-Germain a aussi salué le soutien continu qu’a assuré l’ICA aux actuaires dans leurs responsabilités, ainsi que son indéfectible souci de protéger l’intérêt public. « Les sociétés d’assurance ont continué à jouer leur rôle et à assumer leurs risques. Les régimes de retraite sont bien gérés et les Canadiens peuvent compter sur cette source de revenus à la retraite. Les organismes de réglementation ont aussi bénéficié des conseils des actuaires. »

Il souligne que « la pandémie a démontré l’importance d’assurer une gestion adéquate des risques. Nous nous trouverons bientôt en période d’après-pandémie, et les experts en gestion des risques auront un rôle important à jouer. Les taux d’intérêt sont impossibles à prévoir. » Il prédit que « la technologie bouleversera la distribution des produits financiers. Les Canadiens modifieront leurs habitudes de travail et le système financier devra s’adapter et compter sur les actuaires. »

Message d’espoir

L’héritage que laissera la COVID-19 dans notre société sera durable. Cette pandémie nous a permis de prendre conscience de la complexité de nos liens et de notre interdépendance, entre nous et avec notre planète et ses écosystèmes vivants. Cette rude année a toutefois présenté des signes d’espoir, de bienveillance et de solidarité. Nous avons vu des entreprises faire preuve d’innovation pour maintenir la circulation des aliments et des produits au cours des vagues successives de confinement. Nous avons soutenu des organismes sans but lucratif et des entreprises locales qui ont assuré des services aux personnes dans le besoin, et plusieurs vaccins ont été élaborés en un temps record grâce à la collaboration internationale.

« Dès les premiers jours de la pandémie mondiale, nous avons rapidement su réaménager la prestation de nos programmes et services afin de répondre aux besoins de nos parties prenantes. »

Michel Simard, directeur général de l’ICA

Michel Simard nous laisse ce message d’espoir : « Retenons les leçons que nous a enseignées la COVID-19 : sachons préserver et savourer les précieux moments passés avec nos proches, notre famille, nos amis et nos collègues. La vie continue. Il convient de toujours se rappeler que nous sommes plus forts et plus performants lorsque nous sommes unis et qu’ensemble, nous saurons relever les défis qui se présenteront à nous. »


Le présent article est le premier d’une série d’Ensemble séparés : Rapport annuel de l’ICA 2020-2021. Lisez le prochain article : Une éducation qui s’adapte à une profession en évolution.

Ajouter un commentaire

Suivez nous

Sections